Actualités

Retour à la liste des articles

Spécial 200 ans - Une histoire qui rassemble
15 février 2018

Partager sur Facebook

À l’occasion de l’anniversaire des deux sucreries réunionnaises, les partenaires de la filière Canne-Sucre ont pris la parole pour faire le bilan et tracer les lignes de la filière Canne-Sucre dans le développement de La Réunion. Ces discours confirment la vision de chacun au sujet de la filière : un véritable porte-drapeau du modèle économique de notre île, prête pour les défis à venir.




« Le passé nous dit de croire en l’avenir et je maintiens que la canne à sucre n’a pas dit son dernier mot. Elle est un élément indispensable au développement durable. Elle possède encore un potentiel à valoriser quand on connait la perspective de nouveaux produits dérivés. »
Jean-Bernard Gonthier
Président de la Chambre d’Agriculture de La Réunion

« Il n’y a pas de culture agricole qui à ce point, a marqué et façonné un pays. Car la canne, dès l’origine, a impacté le peuplement de la Réunion. Et puis la canne, ensuite, a considérablement façonné les structures économiques de notre île, les paysages mais aussi la vie politique et les rapports sociaux. La canne donc irrigue tout. C’est l’âme de la Réunion et c’est le cœur vivant de la Réunion. »
Younous Omarjee
Député européen

« La canne à sucre, si elle est une culture d’hier et d’aujourd’hui, elle est aussi une filière d’avenir, par la diversité de son usage sur notre territoire […] Le sucre réunionnais est de qualité. A nous de promouvoir, aux côtés de vous tous ici présents, nos produits et nos talents pour que l’agriculture réunionnaise continue à bénéficier des soutiens nationaux et européens, et que la qualité de notre production soit mondialement reconnue. »
Daniel Gonthier
Vice-Président du Conseil départemental de La Réunion

« Les usines [du Gol et de Bois-Rouge] sont le symbole de la dynamique industrielle qui prend son essor au début du 19e siècle. Je suis confiant dans l’avenir de la filière […] qui a toujours su faire preuve de grande capacité d’innovation. L’État croit ardemment en l’avenir de la filière canne à sucre à La Réunion. Une filière qui a tous les atouts […], pour s’adapter aux enjeux à venir du développement économique, agricole et alimentaire de la Réunion. »
Amaury De Saint-Quentin
Préfet de La Réunion

« Né au début du 19e siècle, notre industrie de la canne doit avoir pour projet de se construire comme une réponse aux enjeux du 21e siècle. Cette ambition est essentielle pour relever le défi d’une île qui comptera bientôt un million d’habitants, est nécessaire pour desserrer la contrainte énergétique indispensable avec l’ensemble des activités qu’elle génère un développement durable de nos espaces et utiles pour maintenir du lien social. Elle crée des richesses exportables sur les marchés internationaux et enfin un des éléments de l’identité de la culture réunionnaise, de l’ADN de chacun et chacune des réunionnais. »
Didier Robert
Président du Conseil régional de La Réunion

Lire la totalité de la Lettre Sucre →