Une filière agro-écologique

Retour à la liste des articles

Pivot de la diversification agricole

Partager sur Facebook

La canne à sucre : pivot de la diversification agricole

Il n’y a pas de conflits entre la canne et les autres productions agricoles : La Réunion est un territoire en synergie !

Au cœur du modèle agricole réunionnais, la canne à sucre accompagne la diversification des productions depuis plusieurs décennies.

Elle joue un rôle de "culture de sécurité" permettant aux planteurs de canne de consacrer une partie de leurs terres à d’autres productions.

  • La canne à sucre est très résistante aux intempéries. En cas de cyclone, la production est bien sûr affectée mais de manière modérée (15 % maximum sur l’ensemble de l’île), alors que d’autres cultures sont totalement détruites. Cette forte résistance est une garantie de revenus pour l’agriculteur lui permettant de prendre des risques de diversification en élevage, maraîchage ou production fruitière.
  • De plus, la totalité de la production de canne est achetée par les usines sucrières ce qui constitue une garantie d’écoulement de la production pour l’agriculteur.

Elle permet également la pérennisation des filières d’élevage en assurant un exutoire incontournable pour les effluents d’élevage, et en contribuant à l’alimentation des bovins par la paille de canne et la mélasse.

Une île exemplaire en autonomie alimentaire en produits frais agricoles

Les 12 000 hectares consacrés à l’élevage et à la production de fruits et légumes permettent de couvrir près de 80% de la consommation en produits frais de La Réunion. Remettre en culture entre 2 000 et 3 000 hectares de friches agricoles permettrait d’asseoir la sécurité alimentaire de l’île et de conforter les filières agricoles d’exportation, structurantes pour l’île.

Source : DAAF Réunion

Document(s) attaché(s) à l'article

Agreste DAAF La Réunion n° 91 -Août 2014

Visuels(s) attaché(s) à l'article