Les pistes pour demain

Retour à la liste des articles

9 premières mondiales industrielles

Partager sur Facebook

Sous l’impulsion d’Emile Hugot et de Maxime Rivière, dirigeants visionnaires, l’industrie sucrière réunionnaise est à l’origine de nombreuses innovations techniques au cours des dernières décennies.

Certaines constituent des premières mondiales :

  • Première cuite continue en sucrerie de canne (Maxime Rivière, en collaboration avec le fabricant de machines Fives, début des années 1970) ;
  • Premières centrifugeuses continues en sucrerie de canne (Maxime Rivière, en collaboration avec le fabricant de machines Fives, début des années 1970), à l’usine de Quartier-Français ;
  • Première cuite continue sans compartiment, mise au point par François Langreney, directeur industriel des Sucreries de Bourbon à la fin des années 1980 à l’usine de Grands-Bois ;
  • Dispositif de cardeuses à eau sous pression, améliorant les performances d’extraction (Maxime Rivière, Beaufonds, années 1980)
  • Caisses à flot tombant permettant un sixième effet de vapeur et 14% d’économie d’énergie : adaptation en sucrerie de canne d’une technique utilisée en sucrerie de betterave, innovation appliquée au Gol et à Bois-Rouge en 2007 ;
  • Conception à l’usine du Gol, avec Fives au début des années 1990, d’un nouveau type de moulin, « Millmax » : nouvelle conception de moulins avec un pré-extracteur qui permet d’augmenter la capacité de broyage et de réduire la consommation d’énergie ;
  • Mise au point de malaxeurs horizontaux rapides, avec une société anglaise, à l’usine du Gol en 2010 : réduction de la refonte des sucres dans les centrifugeuses entraînant un meilleur épuisement et un gain d’énergie ;
  • Mise au point, avec eRcane, d’un dispositif de mesure de la granulométrie du sucre par microscope numérique, facilitant le suivi des opérations de cuisson et de cristallisation et garantissant la taille des cristaux de sucre ;
  • La cogénération bagasse-charbon mise en œuvre dans les centrales thermiques de Bois-Rouge et du Gol (groupe Séchilienne-SIDEC) à partir de 1991 est également considérée comme une première mondiale. Si cette technique a pu être utilisée auparavant dans certains pays sucriers, La Réunion a été la première à mettre au point une chaudière à haute pression pour la combustion de la bagasse, permettant une injection à haut niveau d’énergie.

D’autres innovations ont permis d’optimiser le process de fabrication et constituent aujourd’hui des références techniques pour les pays canniers, comme par exemple, la visualisation à distance des sucreries ou la pré-extraction avant la diffusion.

Visuels(s) attaché(s) à l'article