Une filière dynamique

Retour à la liste des articles

18 300 emplois, le détail des chiffres

Partager sur Facebook

Une étude réalisée début 2014 par le Syndicat du Sucre de la Réunion recense 18 300 emplois directs, indirects et induits générés par la filière Canne-Sucre à La Réunion, démontrant son effet d’entraînement sur l’économie locale.

Bulle générale emploi {PNG}

Cette étude approfondie, conduite sur la base des nombreuses sources statistiques disponibles, permet aujourd’hui d’apporter un éclairage supplémentaire sur la question de l’emploi local, et nous savons tous à quel point celle-ci est prépondérante et préoccupante dans notre île.
Au-delà des 12 000 emplois directs et des 2 000 emplois indirects qu’elle met à jour, l’étude analyse de manière précise l’impact des revenus distribués par la filière sur la création d’emplois.

Ainsi, l’effet redistributif de la production de canne, de sucre, de rhum et d’énergie sur les secteurs d’activités économiques de notre île entretient l’existence près de 4 500 emplois induits à La Réunion. Ces résultats montrent que la filière Canne-Sucre représente plus de 13,3 % des emplois du secteur privé de l’île : un poids considérable, à l’heure où de nombreux secteurs connaissent un ralentissement.

Bulle détaillée emploi

Il est important de noter que l’étude ne prend pas en compte l’emploi créé sur le territoire national par les activités de raffinage du sucre brut exporté, ni par les activités de logistique du sucre (dont plus de 90 % de la production réunionnaise est exportée) et du rhum (dont la majeure partie de la production réunionnaise est commercialisée en Métropole).

Elle ne mesure pas non plus les emplois générés en Métropole par les dépenses des salariés directs et indirects de la filière dans des produits et services d’importation. Plus de 1 000 emplois pourraient être ajoutés,compte tenu de l’impact de la filière au niveau national.

Le modèle agricole à La Réunion est structuré autour d’exploitations familiales de petite dimension (pour la canne, la taille moyenne d’une exploitation est de 7,6 hectares). Cela explique qu’à elles seules les exploitations cannières regroupent 57 % des emplois de la filière.

Dans une île où le niveau de chômage structurel est élevé et se situe entre 29 et 38 % selon les sources utilisées, le modèle réunionnais est donc très fortement générateur d’emplois et d’activités. Il fait de la filière Canne-Sucre un pilier économique et social et l’un des tout premiers pourvoyeurs d’emplois de notre île.

Document(s) attaché(s) à l'article

Lettre Sucre 32 ETude Emploi

Visuels(s) attaché(s) à l'article

Bulle générale emploi